Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Photosculptures - Carla Cacianti

du mardi 2 juillet au samedi 21 septembre 2024
Vernissage le jeudi 4 juillet à 19 h

EUR 42 | 24 ou Epiphanies controversées

 

Le quartier de l’EUR a été conçu en 1938 comme siège de l’Exposition universelle qui aurait dû se tenir en 1942…la E42…. pour célébrer le vingtième anniversaire de la marche de Mussolini et ses milices fascistes sur la capitale.

 

Même si plusieurs de ces bâtiments emblématiques, comme le Palais de la Civilisation italienne, étaient déjà sortis de terre au début des années quarante, l’EUR fut construit après la guerre, dans les années cinquante et se développa dans les années soixante jusqu’à aujourd’hui, devenant ainsi non seulement un symbole urbain, mais aussi un lieu résidentiel et commercial.

 

Carla Cacianti se mesure avec ce paysage architectural en poursuivant un travail de recherche qui a débuté par l’exposition Blessures en 2015, suivi en 2018 par Mutations et par Identités changeantes en 2019.

 

Redonner à l’image une présence de chose, réinventer une spatialité perceptible, expérimentale, qui englobe toute la scène de l’œuvre et nous remettant en contact avec notre situation dans l’univers.

 

Stefano Gallo


Photosculptures - Carla Cacianti
Lire le texte | Retour à la galerie

du mardi 2 juillet au samedi 21 septembre 2024
Vernissage le jeudi 4 juillet à 19 h

Photosculptures - Carla Cacianti
Palais de la Civilisation Italienne

Photosculptures - Carla Cacianti
Palais des Congrès

Photosculptures - Carla Cacianti
Tension


EUR 42 | 24 ou Epiphanies controversées

 

Le quartier de l’EUR a été conçu en 1938 comme siège de l’Exposition universelle qui aurait dû se tenir en 1942…la E42…. pour célébrer le vingtième anniversaire de la marche de Mussolini et ses milices fascistes sur la capitale.

 

Même si plusieurs de ces bâtiments emblématiques, comme le Palais de la Civilisation italienne, étaient déjà sortis de terre au début des années quarante, l’EUR fut construit après la guerre, dans les années cinquante et se développa dans les années soixante jusqu’à aujourd’hui, devenant ainsi non seulement un symbole urbain, mais aussi un lieu résidentiel et commercial.

 

Carla Cacianti se mesure avec ce paysage architectural en poursuivant un travail de recherche qui a débuté par l’exposition Blessures en 2015, suivi en 2018 par Mutations et par Identités changeantes en 2019.

 

Redonner à l’image une présence de chose, réinventer une spatialité perceptible, expérimentale, qui englobe toute la scène de l’œuvre et nous remettant en contact avec notre situation dans l’univers.

 

Stefano Gallo