Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Mireille Loup

MEM [ Photographies ]

du 6 juillet au 11 septembre 2011

Vernissage : jeudi 8 juillet à 19 heures.

Mem est un terme polysémique. En informatique, il signifie mémoire morte (ROM), en opposition à la mémoire vive de l'ordinateur. Mem (Maternal-Embryonic) est également le nom d'une expérience médicale sur la génétique et la fécondation. En hébreu, Mem ou la lettre M symbolise l'intérieur, les eaux, la matière, la mère.
On l'aura compris, Mireille Loup nous parle ici de la femme-mère, de la relation à la procréation. Ode, souffrance, naissance, exaltation. Une femme majestueuse1 et un garçonnet de deux ans à peine évoluent dans les règles du nombre d'or, à l'intérieur de décors d'une grande picturalité. Femme attachée à l'approche d'une tempête, odalisque allongée sur les terres d'un diptyque, chute ou envolée biblique au milieu de nuages. On pensera, en voyant ces images iconographiques, à La Tempête de Giorgione, ou encore à Et in Arcadia Ego de Poussin.
Mais Mireille Loup refait et défait l'histoire. Elle rebondit sur les références et les fracture. Une tâche de sang, recouverte de centaines de coccinelles, inonde les drapés de la robe; un aplat bleu sur l'image brise l'harmonie de la composition. Parmi ces mises en scènes, des natures mortes blanches, à peine lisibles tant elles sont claires, rompent l'ensemble photographique. L'une d'elles s'intitule Carré des anges2, une autre Ce que l'eau m'a arrachée et fait référence au tableau de Frida Khalo, Lo que el agua me ha dado.
A la façon des livres d'art, le dispositif scénographique présente les œuvres de grands formats accompagnées parfois d'un Focus, détail de l'œuvre agrandi.
Cette femme voilée, drapée dans des postures classiques devient une Mater Dolorosa contemporaine. Mireille Loup parle de ce cheminement vers la naissance avec rage et poésie, dans un dispositif à voir et à entendre.
Mem est soutenu par la Galerie Magda Danysz (Paris), la Galerie Mokum (Amsterdam), les Photographiques (Le Mans), le Musée Malraux (Le Havre), les Voies Off (Arles), La Passerelle (Gap).

MEM [ Photographies ]

Mireille Loup

MEM [ Photographies ]

du 6 juillet au 11 septembre 2011

Vernissage : jeudi 8 juillet à 19 heures.

Mem est un terme polysémique. En informatique, il signifie mémoire morte (ROM), en opposition à la mémoire vive de l'ordinateur. Mem (Maternal-Embryonic) est également le nom d'une expérience médicale sur la génétique et la fécondation. En hébreu, Mem ou la lettre M symbolise l'intérieur, les eaux, la matière, la mère.
On l'aura compris, Mireille Loup nous parle ici de la femme-mère, de la relation à la procréation. Ode, souffrance, naissance, exaltation. Une femme majestueuse1 et un garçonnet de deux ans à peine évoluent dans les règles du nombre d'or, à l'intérieur de décors d'une grande picturalité. Femme attachée à l'approche d'une tempête, odalisque allongée sur les terres d'un diptyque, chute ou envolée biblique au milieu de nuages. On pensera, en voyant ces images iconographiques, à La Tempête de Giorgione, ou encore à Et in Arcadia Ego de Poussin.
Mais Mireille Loup refait et défait l'histoire. Elle rebondit sur les références et les fracture. Une tâche de sang, recouverte de centaines de coccinelles, inonde les drapés de la robe; un aplat bleu sur l'image brise l'harmonie de la composition. Parmi ces mises en scènes, des natures mortes blanches, à peine lisibles tant elles sont claires, rompent l'ensemble photographique. L'une d'elles s'intitule Carré des anges2, une autre Ce que l'eau m'a arrachée et fait référence au tableau de Frida Khalo, Lo que el agua me ha dado.
A la façon des livres d'art, le dispositif scénographique présente les œuvres de grands formats accompagnées parfois d'un Focus, détail de l'œuvre agrandi.
Cette femme voilée, drapée dans des postures classiques devient une Mater Dolorosa contemporaine. Mireille Loup parle de ce cheminement vers la naissance avec rage et poésie, dans un dispositif à voir et à entendre.
Mem est soutenu par la Galerie Magda Danysz (Paris), la Galerie Mokum (Amsterdam), les Photographiques (Le Mans), le Musée Malraux (Le Havre), les Voies Off (Arles), La Passerelle (Gap).

MEM [ Photographies ]